+41 78 600 60 34 contact@solidarhumanity.org

PREPARATION

Solidarhumanity, projet éducatif et interculturel, est aussi un voyage d’aventure. Il aura fallu trois ans de travail pour monter le projet tant sur le plan pédagogique que pour l’insérer dans les travaux de la Communauté Internationale dans le domaine de la citoyenneté mondiale et de l’édification d’une culture de paix. Cette période a été également nécessaire pour en constituer le document programmatique, le cadre logique, le budget, la recherche de fonds, la recherche de partenariats, travailler sur les supports pédagogiques, créer un site internet, mettre en place la communication et activer les réseaux sociaux, entre autres. La partie projet implique également la recherche d’écoles, de contacts, l’activation de réseaux etc.

Le détail sur la partie éducative et culturelle du projet, sur son montage, sur son fondement et son intégration au sein du travail de la Communauté Internationale est traité dans la partie projet de ce site : voir le menu “projet” correspondant.

Cette section-ci concerne la préparation côté voyage, partie plus technique et concrète qui pourrait intéresser les candidats au voyage d’aventure (voir également le menu “préparation”).

Ainsi la préparation du projet a aussi inclus un tas d’autres choses relatives au voyage et à l’aventure elle-même : choix du véhicule, équipement spécifique d’expédition, équipement du pilote, sélection minutieuse des effets personnels à emporter, choix du matériel, cartographie, planification des itinéraires, renseignements sur la situation de sécurité socio-politique de chaque pays, renseignements sur le passage de chaque frontière, administratifs etc.

La préparation aura inclus également la recherche et la sélection d’un matériel de camping ultraléger, de kit de survie, d’outils, de pneus, de pièces de rechange, de matériel électronique, photographique, informatique – le tout devant être soigneusement sélectionné pour sa performance, sa solidité en conditions extrêmes, sa légèreté, et son encombrement minimal. Il aura fallu plancher sur la logistique du voyage.

Il aura fallu également rechercher des cartes papier et numériques, comprendre leur intégration avec le GPS, préparer les itinéraires et les étapes – ce qui n’empêchera pas l’improvisation et la liberté mais devant servir comme ancrage.

Il aura fallu améliorer sa connaissance des langues, dans mon cas, l’espagnol et idéalement, des bases de russe, améliorer son pilotage en toutes conditions, sur route et hors route, s’initier à la mécanique de base, à la cartographie, améliorer ses connaissances photographiques, pratiquer, apprendre la vidéographie, améliorer et apprendre le traitement de l’image, se préparer physiquement.

Ce projet-voyage implique également d’effectuer les recherches pour régler les aspects administratifs non seulement du voyage, mais également pour ce qui concerne le lien avec le domicile et toute l’organisation relative. Ceci évidemment sans compter l’organisation financière personnelle.

C’est une énorme entreprise qui m’a occupé, pour ne pas dire obsédé, pendant des années tant le défi est immense. Quand on a des fonds et qu’on peut payer des équipes, c’est déjà beaucoup plus facile à gérer. Mais quand on investit ses propres deniers et que l’on doit quasiment tout faire par soi-même, et ceci, alors qu’on a encore un travail à plein temps et une association de développement rural active en Inde comme au Liban, c’est un défi d’une autre dimension.

Le travail continue et malgré tout le soin consacré au montage et à la préparation dans tous ces domaines, il restera toujours quelque chose d’inachevé ou d’incomplet. Il y aura toujours des oublis, des lacunes. En même temps, je me souviens d’une parole de l’aventurier Mike Horn avant sa circonvolution du cercle polaire à pied et en canoë : “Quand vous avez 5 % des réponses à vos questions, vous pouvez partir, car le reste des réponses arrivera au fur et à mesure. Mais si vous attendez d’avoir toutes les réponses à vos questions avant de partir, alors vous ne partirez jamais.”

Voici donc les sous-menus de la préparation du projet dans son aspect “voyage d’aventure”, plus technique. (Je rappelle ici que la préparation du projet dans son aspect “éducatif et culturel” est traité dans le menu principal “projet”). Certaines parties n’ont pas été mises à jour depuis 2014 et des liens peuvent être obsolètes.